E_U_R_E_L_E_C
Puteaux (Seine)

- Groupe 23 -

COURS SUPERIEUR
"MESURES ELECTRONIQUES"

Guide Technique 12
- 12ème Partie -

Ce Guide Technique sera consacré à un chapître important du dépannage : celui du DEPANNAGE DYNAMIQUE. Il s'agit ici d'une méthode de dépannage beaucoup plus vivante et réelle que la méthode dite classique, de recherche systémati-que.

En effet, lorsque vous aurez appris à vous servir du SIGNAL TRACER et que vous saurez en tirer le maximum de renseignements, vous ne pourrez plus vous en passer : que vous soyez un Radio-technicien professionnel et cet accessoire vous fera gagner du temps (et qui dit temps dit argent); si vous êtes un amateur radio, que de passionnants dépannages vous allez pouvoir effectuer sur de vieux récepteurs.

DEPANNAGE STATIQUE

C'est la méthode la plus couramment utilisée. Elle consiste à mesurer sur l'appareil en panne, les tensions existant en certains points capitaux, déterminer les courants qui parcourent certains éléments de circuits, contrôler encore les valeurs de certaines résistances.

On ne mesure que des tensions continues, des tensions d'alimentation 

 


M.E. Guide Technique 12

2-

qui pourrait-on dire "ne bougent pas", qui sont au "repos .

Or en réalité un récepteur est un appareil qui "vit". Il reçoit des émissions sur son antenne, en sélectionne une, la transforme en une fréquence inter-médiaire, la démodule, l'amplifie et ensuite restitue le signal désiré. Il apparaît donc plus logique, d'injecter à l'entrée un signal, et de le suivre pas à pas, A LA TRACE, (d'où son nom de "signal tracing"), pour savoir où et à quel moment il a dis-paru : on aura ainsi détecté l'étage en panne.

FONCTION DU SIGNAL TRACER

Le Signal Tracer se compose d'un véritable générateur de signaux à Transistors. Cette hétérodyne miniature est réalisée à l'aide de deux transistors, fonctionnant en multivibrateur (voyez leçon théorique 24 Cours Théorique) (Fig. 1-).

Ce générateur fournit sur les collecteurs des transistors (que nous pouvons assimiler aux anodes des triodes), des signaux RECTANGULAIRES DISSYMETRIQUES. Or, d'après le théorème de Fourier dont la démonstration sortirait du cadre de ce cours, un signal QUELCONQUE peut être considéré comme la somme d'une infinité de signaux sinusoïdaux ; en particulier, un signal carré est l'équivalent d'une somme de fréquences allant de zéro jusqu'à l'infini.

On dispose donc un avec un tel montage d'une véritable hétérodyne fonctionnant simultanément sur toutes les fréquences.

 


M.E. Guide Technique 12

 

3-

 

 - Fig. 1 -

 


M.E. Guide Technique 12

 

4-

DEPANAGE DYNAMIQUE D'UN REÇEPTEUR (muet)

Avant toutes choses il faut (un contrôle dynamique ne dispense pas de certaines mesures élémentaires de tensions), vérifier la tension du secteur, les tensions de chauffage de tous les tubes, la haute tension continue, avant filtrage et à la sortie du filtre. Si ces tensions ne sont pas radicalement anormales, on procédera comme suit :

    1- Mettre à la masse la gaine blindée du Signal Tracer ("S.T."), Injecter (en appuyant sur le poussoir du "S.T.") sur la grille du tube final, le signal du "S.T." (Fig. 2-) : on doit entendre un signal dans le Haut-parleur, Si aucun son n'est émis, la panne réside dans l'étage de puissance, dans le transformateur de sortie, ou dais la bobine mobile du "H.P.", etc..., ce que l'on analyse maintenant rapidement.

    2- Appliquer ensuite successivement le signal sur la grille de la préamniificatrice "B.F.'' : le signal doit être amplifié ; puis sur la grille du tube "M.F.". Si le signal disparaît, l'étage "M.F." (ou le, ou les transformateurs "M.F.") est en cause. Si le signal est plus faible, les transfos "M.F." sont déréglés. On ne peut aligner les moyennes fréquences à l'aide d'un "S.T.", car c'est le rôle d'un générateur "H.F.", dont la fréquence "M.F." est bien déterminée. Si tous les circuits contrôlés sont corrects et qu'au fur et à mesure que l'on remonte vers les circuits d'entrée, le signal s'amplifie, c'est que la panne réside dans les étages "H.F.".

 


M.E. Guide Technique 12

 

5-

 - Fig. 2 -

 


M.E. Guide Technique 12

 

6-

    3- On appliquera de même, le signal sur la grille de la changeuse de fréquence, puis sur la borne d'entrée de l'antenne.

    On voit avec quelle facilité, on arrive à localiser rapidement 1'étage en panne. Lorsque le circuit défaillant est repéré, on en contrôle alors ses éléments et son fonctionnement suivant les méthodes habituelles de mesure de courants, de tensions d'isolement des condensateurs. On teste de même les tubes avec un lam-pemètre.

                            TYPES DE SIGNAL TRAÇERS

D'autres "Signal Tracer" existent, plus complets car ils comportent simultanément un amplificateur complet (donc indépendant du récepteur) et une détection.

Pour cela on dispose d'un appareil comportant un haut-parleur, et capable de remplacer les étages non utilisés du récepteur examiné. Un tel "Signa] Tracer" branché par exemple sur la grille de l'amplificatrice "M.F.", doit pouvoir détecter et amplifier ce signal. Mais si on le branche après le préamplificateur "B.F.", son fonctionnemînt doit se limiter à la seule amplification et reproduction dans le haut-parleur du Signal Tracer.

Vous trouverez dans les pages qui suivent les schémas de trois "Signal Tracer".

Les Fig. 3-, 4- et 5- décrivent un "Signal Tracer" à lampes.

 


M.E. Guide Technique 12

 

7-

 

- Fig. 3 -

 


M.E. Guide Technique 12

 

8-

 

- Fig. 4 -

 



M.E. Guide Technique 12

 

9-

 

- Fig. 5 -

 


M.E. Guide Technique 12

 

10-

La Fig, 3- représente le multivibrateur utilisant la lampe "6BE 6".

La Fig. 4- donne les principes de la Sonde Haute Fréquence,

La Fig. 5- indique le schéma de l'amplificateur du Signal Tracer.

La partie alimentation du type classique par transformateur, n'a pas été dessinée, ne présentant ici aucun intérêt : la valve est un tube "EZ 80" et le filtrage se compose d'une résistance 1.800 ohms 5 W et de deux condensateurs électro-chimiques de 32µF/350V. Le "Signal Tracer" décrit, est contenu dans un boîtier de même dimensions que celui du générateur "F»M." du Cours de Mesures Electroniques.

Les Fig. 6- et 7- se rapportent à un "Signal Tracer" à transistorr avec alimentation à piles. Cet appareil est enfermé dans un boîtier métallique de dimensions plus réduites.

La Fig. 6- représente le schéma de l'amplificateur "B,F.".

La Fig. 7- montre la constitution de la sonde de détection et préamplification.

La Fig. 9- vous montre le schéma de principe d'un "Signal Tracer" para-professionnel utilisant une alimentation secteur et trois tubes. Cet appareil comporte un amplificateur à grand gain chargé par un haut-parleur et doublé d'un oeil magique. La sonde "H.F." est représentée en Fig. 8- et comporte une diode de détection ; cette sonde est reliée à l'amplificateur à l'aide d'un câble blindé de liaison.

 


M.E. Guide Technique 12

 

11-

- Fig. 6 -

 


M.E. Guide Technique 12

 

12-

- Fig. 7 -

 


M.E. Guide Technique 12

 

13-

- Fig. 8 -

 


M.E. Guide Technique 12

 

14-

- Fig. 9 -

Note : il s'agit du plan du signal tracer Heathkit IT12 visible également sur ce site.

 


M.E. Guide Technique 12

 

15-

Nous avons ainsi examiné tout l'intérêt qui réside dans l'emploi du 'Signal Tracer" pour le dépannage : rapidité, facilité, précision du lieu de la panne.

Le "Signal Tracer" ne prévient, ni ne "guérit" : il précise l'orga-ne défaillant, ce qui nécessitera ensuite l'intervention du générateur parfois, du multimètre souvent et dû voltmètre électronique presque toujours.