prec RADIOLA RA315 suiv

img

Appareil : Poste à 7 ransistors
Modèle : RA315
Date : 1966
Marque : Radiola (Philips)
Gammes d'onde : GO, PO.
Correcteurs : Tonalité.
Entrées : Antenne extérieure (automobile)
Sorties : Ecouteur.
Alimentation : 4 piles de 1,5V.

Alors que je devais avoir 8 ou 9 ans, la famille fit l'acquisition de ce poste à transistors pour remplacer le Ducretet L124 de ma mère. J'étais intrigué par ce nouveau poste à plusieurs titres : pas de fil d'alimentation mais surtout, fonctionnement sans délai à la mise en marche alors que sur le Ducretet, il fallait attendre une dizaine de secondes. J'établis alors une loi générale de l'électronique : lorsqu'ils sont neufs, les appareils se mettent en route instantanément. Lorsqu'ils sont anciens, il leur faut plus de temps. La question était donc: combien de temps? Et bien, on allait voir. En fait, quelques années plus tard, je compris ma méprise lorsque je découvris la différence entre les transistors et les tubes à vide.

Ce poste a donc pour moi une valeur sentimentale puisque c'est le premier poste à transistors que nous avons eu. C'est en particulier sur ce poste qu'en vacance à l'Ile d'Yeu, j'ai pu écouter le premier alunissage en 1969.

Ce poste est intéressant en ce sens qu'il est à la charnière de deux époques. Il est à transistors (germanium, type AC127/128 pour la partie BF), certes, mais sa conception reste proche des postes à lampe. La matière de la coque est le plastique, revcouvert de skai par endroit. Mais à l'intérieur, le chassis est en métal. Il y a bien des circuits imprimés mais ils sont en deux parties et visiblement les plus petits possibles. Le nombre de pièces spécifiques est impressionnant, en particulier, les pièces mécaniques en métal pour les différentes commutations, mais aussi les pièces en plastique. Le nombre de vis est important et l'assemblage nécessite quelques acrobaties. Enfin, on admirera le magnifique condensateur à air ainsi que les nombeux fils de câblage. Pour les connaisseurs, comptez le nombre de condensateurs ajustables: pas moins de 5. Bref, il s'agit d'un appareil certes bien construit mais monstrueusement compliqué et donc, couteux à produire. De plus, cette complexité est de nature à fragiliser l'appareil. Ceci-dit, pour celui-ci, acheté sur e-bay (le poste familial a disparu), je n'ai pas eu trop de travail de remise en état. Certes, les plastiques ont un peu vieilli et sont devenus cassants mais globalement, il a bien résisté au temps: quelques condensateurs chimiques changés, un peu de câblage refait, un dégraissage/regraissage de la mécanique, un changement d'une partie du câble de l'indicateur des stations... Et le voici de nouveau opérationnel. Il ne me restait plus qu'à refaire les parties décoratives en alu qui avait été abimées. En 2013, ce fut chose faite. j'ai trouvé son petit frère toujours sur e-bay ce qui m'a permis de récupérer quelques pièces. Pour le reste, j'ai utilisé l'imprimante (sélection PO/GO).

Je pense que ce sont les japonais qui ont simplifié la fabrication de ces postes. Prenons un récepteur moyen de gamme à transistors des années 1980. Sa coque sera en plastique mais l'intérieur sera beaucoup plus simple: un seul circuit imprimé vissé en plusieurs endroits améliore la rigidité de l'ensemble. Le circuit imprimé comporte toute la mécanique qui est standard.  L'indicateur des stations est simplifié à l'extrême (un bout de métal sur le fil tracteur). Le condensateur variable est un modèle miniature avec isolant en plastique, ce qui est moins fragile que le condensateur à air. En matière de câblage, on ne trouvera plus que l'antenne et le haut-parleur. Parfois, également, l'alimentation. Le résultat est un appareil plus simple à produire, beaucoup moins cher, avec peu de pièces spécifiques, et finalement, plus fiable.

Démontage

Pour le cas (bien improbable) où quelqu'un aurait l'envie de réparer ce poste, voici quelques conseils pour le démontage :

A ce stade, vous pouvez retirer le chassis métallique qui embarque avec lui le CV et tout le cadran.

La dernière opération consiste à retirer le haut-parleur qui est maintenu par deux pattes vissées à la face avant du poste. Ceci-fait, la face avant se désolidarise complètement du chassis qui peut être mis sur un établi pour réparation (à l'époque, on réparait).

Petit truc : pour retirer le bouton sélecteur d'antenne, vous devez appuyer sur le ressort à lame et avec une pince à bec, faire glisser la goupille qui fait pression sur le ressort

Lorsque je disais qu'il y avait du monde...

mars 2010

img

img  img

img

Photo de vacances à l'Ile d'Yeu, années 1970. On voit le Radiola (lui aussi en vacances) en bout de table...

prec sommaire suiv
 
>