prec PROTON 520B suiv

img

img

Amplificateur des années 1990. Je n'ai pas trouvé d'informations sur le net concernant cet appareil. C'est d'autant plus étonnant que les amplificateurs Proton bénéficient d'une image de marque excellente dans le mileu de l'audiophilie, j'y reviendrai plus loin. En attendant, je reproduis les caractéristiques du PROTON 520 qui semblent proches (schéma disponible sur le site de HifiEngine) :

Puissance : 2x20W RMS pour 8ohms
THD à 2x20W : 0,015%
Bande passante : 20Hz à 20kHz à +/- 0,2db
Rapport signal sur bruit : 90dB pour entrées hauts niveaux, 68db pour cellules MC, 80dB pour cellules MM.
Commutations : mono/stéréo, magnétophone.
Contrôles : balance, volume
Entrées : phono, tuner, video, CD
Sorties : casque, 2x2enceintes

La première chose qui frappe dans cet amplificateur, c'est son coté épuré. Pas de correcteurs de tonalité, pas d'autres filtres, rien que le minimum. C'est en particulier ce qui a fait la réputation de cet appareil dont les caractéristiques (si ce sont celles du 520) sont excellentes.

Proton semble avoir disparu de la circulation. En 2009, je n'ai quasiment rien trouvé "d'officiel" sur les produits. Par contre, dans les forums, beaucoup d'échanges vantant les mérites des appareils Protons aussi appelés "NAD like". Pour certains, les Protons seraient même supérieurs aux amplificateurs NAD dont ils s'inspirent (Proton aurait été fondé par d'anciens de chez NAD).

Mon impression sur la fabrication :

A première vue, on sent l'appareil bien construit. Le poids est appréciable, la facade est en aluminium épais, les tôles sont également plus épaisses que la moyenne et la finition du capot semble être une peinture epoxy. La simplicité de l'appareil renforce cette impression de sérieux.

Le capot est tenu par par 4 vis sur les cotés. La façade en aluminium est fixé au chassis en tôle par 2 x 3 vis. Son démontage est indispensable si l'on veut accéder à toute l'électronique.

A l'intérieur, un montage propre et aéré. Un généreux radiateur en alumium reçoit les transistors de puissance et peut être, leur drivers. La commutation des entrées est ramenée à l'arrière de l'appareil grâce à une rallonge. Le transformateur d'alimentation est blindé et est éloigné de l'électronique. Sa taille est très généreuse ce qui caractérise les appareils haut de gamme. Toutefois, il s'agit d'un simple transformateur, pas d'un double comme on en trouve sur d'autres modèles de Proton.

Peut-on considérer cet appareil comme faisant partie du haut de gamme ? Du point de vue des performances techniques, probablement. Pour ce qui est de la fabrication, elle est sérieuse, de qualité et homogène mais elle ne vise pas le haut de gamme. Le circuit imprimé est en bakélyte, le transformateur est un modèle tôlé, les condensateurs chimiques sont de qualité standard, les boutons sont en plastique (c'est d'ailleurs la seule faute de gout que j'ai relevé).

Bref, on a visiblement à faire à un très bel appareil, qui devrait satisfaire les audiophiles les plus exigeants (en tout cas, à l'écoute subjective, il est très agréable), mais qui ne conviendra pas à ceux qui veulent un appareil d'exception y compris sur la partie fabrication.

Je suis preneur des caractéristiques et schémas si quelqu'un les a, à supposer qu'elles soient différentes du Proton 520.

Novembre 2009

prec sommaire suiv